Leçon 18 : L'ouverture et les principes généraux du développement




L’ouverture consiste en les premiers coups d'une partie d'échecs. Quand l'ouverture est caractérisée par un coup des Noirs, on parle aussi de défense. Il existe une très grande quantité d'ouvertures répertoriées, et des centaines de variantes ont un nom spécifique. L'Oxford Companion to Chess ne cite pas moins de 1327 ouvertures nommées. Les séquences qu'un joueur choisit d'étudier forment son répertoire d'ouverture : une ouverture est décrite selon une arborescence comportant une ligne principale (la suite la plus importante, car la plus jouée ou la plus étudiée), puis des ramifications appelées variantes principales ou secondaires en fonction de leur intérêt. Des séquences différentes peuvent aboutir à la même position par inversion de coups. Le fait de passer d'une ouverture à une autre s'appelle la transposition.

La façon de commencer une partie d'échecs conditionne tout son déroulement. La méconnaissance des principes et des mécanismes de l'ouverture fait tomber le joueur inexpérimenté dans des positions perdantes dès les premiers coups.

Buts de l'ouverture :
  • Le développement : l'un des buts principaux dans l'ouverture est de mobiliser les pièces sur des cases utiles où elles auront une influence sur le jeu. La mise en jeu doit s'effectuer avec rapidité et efficacité, gagnant le maximum de terrain. Chaque temps est important.
  • Le contrôle du centre : Au début de la partie, on ne peut pas savoir de quel côté les pièces seront le plus utile plus tard. Le contrôle des cases centrales permet cependant une meilleure mobilité des pièces d'une aile à l'autre, et aussi de réduire l'espace disponible de l'adversaire. La théorie classique veut que l'on obtienne le contrôle le plus efficace en occupant le centre avec des pions, idéalement avec les pions e4 et d4 pour les Blancs. Cependant, l'école hypermoderne a montré qu'il n'était pas toujours indispensable ou même intéressant d'occuper le centre de cette façon, et qu'un centre trop large pouvait faire l'objet d'attaques et même être démoli


  • La sécurité du roi : Le roi est vulnérable au milieu de l'échiquier. Des mesures doivent être prises pour réduire son exposition. Il est donc courant que l'on roque dans l'ouverture (ce qui développe aussi la tour), ou, si ce n'est pas possible, d'amener le roi vers le coin de l'échiquier par une série de manœuvres (roque artificiel).
  • La prévention des faiblesses dans la structure de pions : La plupart des ouvertures évitent soigneusement la création de faiblesses telles qu'un pion isolé, des pions doublés, un pion arriéré, des îlots de pions, etc. 
  • La coordination des pièces : En mobilisant ses pièces, le joueur tente de s'assurer qu'elles contribuent harmonieusement au contrôle des cases-clés. D'après Wikipédia


Accueil Indice 

Leçons  00 | 01| 02| 03| 04| 05| 06| 07| 08| 09| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| 24| 25| 26| 27| 28| 29| 30| 31| 32| 33| 34| 35| 36| 37| 38| 39| 40| 41| 42| 43| 44| 45| 46| 47| 48| 49| 50| 51|