Introduction


"Il y a plus d'aventures sur un échiquier que sur toutes les mers du monde"
Pierre Mac Orlan



Vers le VIe siècle, au Chaturanga, l’ancêtre du jeu d'échecs moderne, la capture du roi mettait fin à la partie. Vers le VIIIè siècle, les Perses introduisent le concept de l'annonce de la menace sur le roi adverse, pour éviter les fins de parties prématurées. Les règles sont ensuite modifiées pour interdire que le roi soit offert à la capture ou laissé sous la menace. Le roi ne pouvait plus être capturé  et la partie était finie dès qu'un joueur dont le roi était menacé n'avait plus de coup possible, c'est-à-dire qu'il était en échec et mat.

Ce jeu, d'origine indienne, est transmis à l'occident par les Arabes à la fin du Xème siècle. Jusqu'auXVIIè siècle, la partie pouvait également être remportée en capturant toutes les pièces adverses à l'exception du roi. On considéra ensuite que la victoire par échec et mat était plus élégante et la victoire par annihilation des défenses adverses tomba en désuétude.

Le terme échec et mat vient du persan as-sāh māt(a) qui se traduit par « le roi (du jeu d'échec) est mort », expression issue du persan sāh māta  شاه مات , c'est-à-dire « le roi est mort ». Cependant, il y aurait eu une confusion entre le persan mata « mort » et le persan mat « étonné ». Shah mat signifierait alors plutôt « le roi est sans défense ». Cette dernière étymologie correspondrait mieux au jeu, puisque le roi est la seule pièce à ne pas être « tuée » sur l'échiquier, mais à se rendre (le joueur couche la pièce) lorsque la partie est perdue.
D'après Wikipédia.



Accueil  Siguiente

Leçons  00 | 01| 02| 03| 04| 05| 06| 07| 08| 09| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23|